• 1
  • 2
  • 3

Qui sommes-nous ?

ACC, Africaine de Conseils et de Communication, est une agence de communication panafricaine spécialisée dans la communication institutionnelle. Notre savoir-faire : créer/améliorer votre notoriété, votre image auprès de vos parties prenantes, de vos leaders d’opinion. Lire la suite

Nos expertises

Conseil en communication, relations publiques (relations presse, événementiel), veille, benchmarking, web, stratégie on line, formation, édition. Lire la suite

Nos Références

Nos clients sont de grandes entreprises, des institutions, des ONG, de différents secteurs. ACC entend également faire bénéficier aux PME/PMI africaines de son expertise. Lire la suite

Quelle triste vision que ces tas d'ordures qui longent les bords de chaussée ou les bords de mer ! 


Décharge d'orduresSolution de facilité, manque d’éducation, manque de moyens et de structures ? Toujours est-il qu’au moment où l’Afrique attire de plus en plus d’investisseurs et de touristes étrangers, l’aspect esthétique et les odeurs de ces déchets ont de quoi les faire fuir au contraire.

Faut-il rappeler, par ailleurs, que ces ordures attirent les animaux nuisibles et peuvent être à l’origine de nombreuses infections et maladies transmissibles ? Qu’elles polluent les nappes phréatiques et les eaux de pluies qui s’écoulent souvent jusqu’à la mer ? Qu’elles empêchent ces mêmes eaux de pluies de s’écouler normalement et provoquent ainsi des inondations ?

Il ne faut pas compter que sur les Etats et les collectivités locales pour agir. Commençons d’abord pas ne pas imiter notre voisin, et interpellons les autorités pour organiser le ramassage des ordures si cela n’est pas fait ou bien fait. Créons des associations de quartier, notamment pour sensibiliser les populations à l’hygiène, voire pour organiser le ramassage des déchets.

Il ne doit pas y avoir de fatalité, notamment liée au manque de moyens, dans ce domaine en Afrique. L’éducation et l’application de la loi, ou tout simplement des règles de savoir-vivre sont essentielles. Les bons exemples ne manquent pas. Parmi eux, on cite souvent le Rwanda depuis quelque temps. Ce pays était exsangue il y a 20 ans mais a su se reconstruire, évoluer. Faut-il connaître un traumatisme national pour cela ? Bien sûr que non. Nous pensons, par exemple, à Dakar, qui ne figure pas parmi les bons élèves…

создать сайт